A.C.I.N. 3, avenue Jean Médecin 06000 Nice | Tel: 04.93.92.11.38 - Fax : 04.93.62.38.02 | Mail: consistoire@consistoirenice.org



LES LIVRES FONDAMENTAUX DU JUDAISME

•  LA TORAH

Le mot « Torah » signifie « enseignement » en hébreu et désigne le Pentateuque, à savoir les cinq premiers livres de la Bible : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome. Selon la tradition, la Torah a été donnée au peuple d'Israël sur le mont Sinaï. Elle contient les lois et les Commandements, ainsi que l'histoire d'Israël depuis la création du monde jusqu'à la mort de Moïse, avant l'entrée imminente du peuple d'Israël en Terre promise.

•  Le premier livre, la Genèse, raconte l'histoire de l'Homme, de la Création à Joseph et son séjour en Egypte.

•  Le deuxième livre, L'Exode, relate l'esclavage du peuple d'Israël et sa sortie d'Egypte.

•  Le troisième livre, le Lévitique, traite du culte.

•  Le quatrième livre, les Nombres, fait le récit des épreuves et des révoltes des Hébreux dans le désert.

•  Le cinquième livre, le Deutéronome, récapitule les lois juives et présente les dernières recommandations de Moïse qui meurt avant l'entrée des Hébreux en Terre promise.

Selon André Chouraqui, « le message central de la Torah réside dans le monothéisme éthique que les Hébreux furent les premiers à propager. L'adoration d'un Dieu unique, juste, invisible, créateur des cieux et de la terre, impliquait le rejet, par les Bné [enfants] d'Israël, de toutes les idoles adorées par les nations, de toute forme de paganisme ». L'étude de la Torah est une obligation religieuse : son contenu et son exégèse font partie des fondements du judaïsme.

La Torah est écrite à la main sur un long parchemin monté ensuite sur deux manches en bois. Les rouleaux de la Torah ( Sefer Torah en hébreu) sont ensuite recouverts d'une housse de velours (chez les Ashkénazes) ou enfermés dans un coffre à deux battants (chez les Séfarades), les montants sont surmontés d'ornements métalliques (« rimonim ») et entourés d'une couronne (« keter »). On y accroche aussi la « main » (« yad ») qui sert d'index pour lire le texte. La Torah est lue à la synagogue le lundi, le jeudi, le Chabbat, les jours de fêtes, le premier du mois et les jours de jeûne. La Torah est divisée en sections de quelques chapitres chacune. Chaque semaine, une section est lue.

L'ensemble de la Torah est lu en une année, le cycle s'achevant et recommençant lors de la fête de Simha Torah. Chaque fois que la lecture de la Torah a lieu dans la synagogue, les fidèles se tiennent debout pendant que l'on sort le rouleau de l'Arche, qu'on le porte dans une procession avant de venir au pupitre pour la lecture. Des fidèles sont ensuite appelés individuellement à « monter à la Torah » (« aliya »), c'est-à-dire à affirmer que le texte lu est le fruit de la Révélation divine. Une fois la lecture terminée, on revêt les rouleaux de leurs ornements, on fait une nouvelle procession avant de ranger la Torah dans l'Arche.

•  LES DIX COMMANDEMENTS (Exode 20:1-14 et Deutéronome 5:6-21)

•  Je suis l'Eternel, ton Dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Egypte, d'une maison d'esclavage.

•  Tu n'auras point d'autre dieu que moi. Tu ne feras point d'idole, ni toute image de ce qui est en haut dans le ciel, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, tu ne les adoreras point.

•  Tu n'invoqueras point le nom de l'Eternel ton Dieu en vain.

•  Pense au jour du Chabbat pour le sanctifier. Durant six jours tu travailleras et tu auras fait tout ton travail mais, le septième jour, c'est le Chabbat pour l'Eternel ton Dieu ; tu ne feras aucun travail, toi et ton fils et ta fille, ton esclave, mâle ou femelle, ton bétail et l'étranger qui est dans tes murs.

•  Honore ton père et ta mère, afin que se prolongent sur la terre les jours que l'Eternel, ton Dieu, t'accordera.

•  Tu ne commettras pas d'homicide.

•  Tu ne commettras pas d'adultère.

•  Tu ne voleras pas.

•  Ne rend point contre ton prochain un faux témoignage.

•  Ne convoite pas la maison de ton prochain. Ne convoite pas la femme de ton prochain, son esclave ni sa servante, son bœuf ni son âne, ni rien de ce qui est à ton prochain.

•  Les Prophètes

La seconde partie de la Bible hébraïque s'intitule « Prophètes » (« Neviim » en hébreu). Elle comporte ;

•  d'une part les écrits des premiers prophètes (Josué, Juges, Samuel I et II, Rois I et II), livres historiques contenant des récits biographiques

•  d'autre part les écrits des derniers prophètes, monuments littéraires témoins d'une activité prophétique développée entre le VIIIe et le Ve siècle av. J.C. Ce dernier groupe inclut les trois grands prophètes que sont Isaïe, Jérémie et Ezéchiel, ainsi qu'Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Habacuc, Sophonie, Aggée, Zacharie et Malachie).

Les écrits prophétiques contiennent notamment des exhortations, des harangues, des prédictions, des visions, qui peuvent être des mises en garde d'un châtiment à venir, des annonces de consolation et de délivrance ou des dénonciations de péchés. Le prophète biblique est le porte-parole de Dieu envers la communauté non seulement juive, mais également humaine.

•  Les Hagiographes

La troisième partie de la Bible, les Hagiographes (« Ketoubim ») comporte une série d'œuvres historiques et poétiques rédigées à des époques différentes : les Psaumes, les Proverbes, le Livre de Job, le Cantique des Cantiques, le Livre de Ruth, les Lamentations de Jérémie, l'Ecclésiaste, le Livre d'Esther, le Livre de Daniel, le Livre d'Ezra, le Livre de Néhémie et les Chroniques I et II.

•  LE TALMUD

A côté de la Torah, la loi écrite, il y a le Talmud, la loi orale, qui se transmettait de bouche à oreille. Par crainte que cette loi ne se perde dans l'oubli, des rabbins ont entrepris de la consigner par écrit, ce qui allait s'appeler la « Michna ».

La Michna est un corpus immense comprenant des décisions juridiques et des lois touchant à tous les domaines.

La « Guemara » est une explication de la Michna et un recueil de discussions et de controverses entre sages à propos des lois, de la philosophie, de la vie quotidienne, des sciences, de la morale… Il est le fondement de l'autorité des lois et des traditions juives qui furent accumulées pendant sept siècles, depuis –200 jusqu'à environ 500.

Michna et Guemara forment le Talmud, le livre le plus important de la tradition orale pour le judaïsme. Ce n'est pas un ouvrage achevé mais un compte rendu de débats et de paroles d'intellectuels donnant un enseignement aux lecteurs. L'originalité du Talmud est surtout son approche et sa manière de débattre de divers sujets : pas de distinctions entre questions importantes et sujets mineurs, maintien des controverses ouvertes, multiplicité des sens pour chaque verset, chaque mot, chaque lettre. Typiquement, une page du Talmud comporte plusieurs « encadrés » imbriqués qui sont autant de commentaires et de débats.

On distingue le Talmud babylonien du Talmud de Jérusalem. Le premier, très volumineux, a été rédigé et mis en forme au Ve siècle, à Babylone. Le second a été rédigé en Israël, dans l'école talmudique (« yéchiva ») de Jérusalem.

Le Talmud est donc une mise par écrit de la loi orale, telle qu'elle s'est développée sur une période de sept siècles. Il a une influence primordiale sur la pratique religieuse juive à travers les âges. Aujourd'hui, l'étude du Talmud demeure l'occupation principale dans les écoles talmudiques (yéchivot) à travers le monde.

•  LA KABBALE

La Kabbale regroupe les enseignements mystiques (c'est-à-dire qui aspirent à une appréhension du divin en-dehors des limites de la connaissance humaine ordinaire) et ésotériques (qui explorent le sens caché) du judaïsme.

Les kabbalistes considèrent Dieu comme une lumière spirituelle infinie qui éclaire l'univers tout entier. Le but de l'âme est de s'élever aussi haut que possible pour tenter de s'approcher de cette source. Ils insistent sur les notions de sainteté du peuple juif, de réparation du monde, de foi dans la rédemption, de croyance en la venue du Messie. Les textes kabbalistiques les plus importants ont été rédigés au Moyen-Age.